AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 BLANK PAGE (L)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Louis Shepherd

avatar

since : 30/05/2017
words : 41
pseudo : b.

MessageSujet: BLANK PAGE (L)   Mar 30 Mai - 7:56


- louis, shepherd -
[trop la flegme de chercher ]   img@jonkortajarenasource.tumblr | quote(moi)

nom complet - shepherd, le nom qu'il porte. le nom qui lui rappelle d'où il vient. le nom qui apparait sur les premières pages de couverture. âge, date & lieu de naissance - il a eu ses vingt-huit ans l'été dernier. les jours passent si (trop) vite... c'est ici, à crosshaven, que lou est né. c'était le quatorze juin 1988. origines et nationalité - ses parents sont irlandais. il a vu le jour en irlande. il est donc irlandais. cependant, lou a vécu sept ans au canada (toronto) et a ainsi reçu la double nationalité irlando-canadienne. job/études, statut monétaire - il écrire pour vivre. c'est un beau métier, qu'on lui lance la plupart du temps. mais être écrivain, c'est être sensible, c'est être fragile. son art se meure, l'inspiration le quitte. louis a peur de ne jamais plus pouvoir réécrire ($$$$$$). statut civil - lou est célibataire. les relations qu'ils entretiennent ne tiennent pas très longtemps. mais il n'a pas oublié son visage et les dessins de leurs ébats adolescents. dom reste toujours cisailler dans son coeur. traits de caractère - fier, sensible, observateur, silencieux, calme, fumeur, rêveur, tête en l'air, égoïste, créatif, artiste, égocentrique, réfléchi, influent, peureux. à Crosshaven depuis - toujours, mais il l'a quitté pendant plus cinq années entières depuis sa rentrée à la university college cork et son départ pour le canada. endroit préféré à Crosshaven - écrire ici. odeur vous rappelant la maison - le parfum de sa mère. pièce préféré dans votre maison - sa chambre où il pouvait s'échapper quand et où il voulait. objet fétiche - écrire ici. groupe - curragh.


- home is where heart is  
que représente crosshaven pour vous ? un lointain souvenir. cinq ans sans avoir vu ce village, on en oublie presque tous les coins de rue. crosshaven, c'est un petit endroit paumé malgré son passé.
que représente le mot maison pour vous ? la maison, c'est là d'où on vient. mais c'est aussi là où on est installé. c'est fou. j'aurais tendance à dire que j'ai deux maisons, une à crosshaven et l'autre à toronto.
où vous voyez-vous dans dix ans ? à écrire pour le plaisir, pour vivre, pour voir mes bouquins dans le sac d'un irlandais ou un Canadien lambda. je me vois dans les bras de dom aussi quelques fois.
ce qui vous motive dans la vie ou les personnes qui vous motive ? pas mon agence d'édition en tout cas, ni même mon manager. l'inspiration, l'atmosphère vibrante autour de moi, les mystères, mon coeur qui fait boum boum, ce sont mes motivations.
votre remède contre la tristesse ? une glace ben et jery's à la vanille et aux noix de pécan. puis une autre au chocolat et aux cookies. miam.


- i was looking for a breath of life  
Lou carbure au café et à la cigarette depuis qu'il écrit des livres pour la maison d'édition qui lui a fait signer un contrat. Et maintenant qu'il n'a plus qu'un livre à achever, mais qu'il n'a aucune idée de quoi faire, les cigarettes se multiplient.
Il a la maladie de la page blanche. Une maladie qui touche les écrivains. Sa tête est vide, il ne sait plus quoi écrire, ni quoi imaginer. Les mots n'ont plus de sens. Lou ne le sait pas encore, mais le seul remède est de ne pas baisser les bras.
Il aime être propre sur lui qu'il s'agisse des vêtements qu'il porte, etc. il prend également beaucoup soin de ses cheveux. cependant, il lui arrive souvent d'oublier de se raser.
Lou a un look assez citadin, assez français depuis qu'il a adopté Toronto il y a sept ans. Il a changé depuis le lycée et ses trois années de fac à Cork. Il n'accordait que très peu d'importance à son style vestimentaire. Un jean, un t-shirt (délavé), adjugé vendu. Il était d'une effrayante simplicité avant, mais une simplicité immatérialiste qui l'aidait à mieux disséquer le monde et en admirer l'art.
Lou était autrefois un petit consommateur de drogues. Il a commencé au lycée, avec Dom qui est devenu son pote puis son petit-ami. Ils touchaient à l'herbe, quelque fois aux champignons et autres substances euphoriques. C'était leur petit secret et ce qui les a rapproché autant.
Le jeune homme peut se montrer très sensible, jaloux et possessif. Il ne peut imaginer son Dom avec quelqu'un d'autre, même si pendant toutes ses années, il a décidé de partir loin pour l'ombre d'une célébrité. Lou sait que les représailles risquent d'être lourdes.
En sept ans, il n'est jamais rentré à la maison, pas même pour l'enterrement de son père. Il s'est contenté d'envoyer une carte postale, comme il le faisait souvent pour les anniversaires de tous les membres de la famille. Il a toujours trop de travail, telle était son excuse.
Il ne mange que très peu et c'est ce qui fait son visage émacié. il n'a jamais été un gros bouffeur (contrairement à Dom) mais sa taille impressionne toujours.
Lou est un grand fan des hits de son époque. Il se rappelle encore écouter la radio avec sa mère et parfois chanter avec elle. Ils faisaient un boucan pas possible mais étaient tellement heureux.
De son père, il ne se rappelle que les actions héroïques qu'on racontait à la maison. Il l'admirait beaucoup Lou, mais il ne s'est jamais senti très proche de lui.
Le jeune homme est gay et il l'a toujours su dès le collège. C'était les mecs qui l'intéressaient, pas les filles. Il n'a jamais tenté quelque chose avant Dom. Dom, c'était son élément déclencheur, son héros, son amour de jeunesse immortel.

- to build a home
Lou avait bien vu et sourit d'autant plus à la réponse positive de Dom. Il était content. Content de pouvoir enfin casser une dernière barrière qui subsistait entre eux. Et alors... alors peut-être que ses rêves sulfureux pourrait enfin se réaliser. Le jeune adolescent avait nourri tellement d'espoir sur Dom qu'il en avait même un peu souffert. Ça avait commencé par des rumeurs que Louis avait pu attraper au passage. On lui avait soufflé que le capitaine de l'équipe de hockey était un pédéraste, un pédé. Lou avait fait l'étonné, le surprise, puis on le lui avait répété, l'air un peu dégoûté, l'oeil consterné. Aimer les gens du même sexe, ici, c'était tabou, ce n'était pas très aimé. Ça l'était d'ailleurs un peu partout dans le globe. Et pourtant, ça n'avait pas empêché le blond de l'être à la seconde où il avait pris conscience de sa sexualité. Seulement, être gay, ici, c'était être seul, c'était mentir constamment aux autres sur ce qu'on était. Il était timide et il n'avait jamais osé brandir fièrement le drapeau aux milles couleur. Pourtant, quand il avait entendu les dîtes rumeurs sur Dom, c'était comme s'il s'était libéré d'une chaîne. Louis avait fini par se comporter différemment avec lui. Il plantait ses prunelles dans ses yeux avec beaucoup plus d'intensité qu'avant. Il se mordait les lèvres dans un air faussement naïf. Bref, il essayait de voir le Dom qu'on lui avait dépeint. Il avait enfin l'impression qu'une porte s'ouvrait à lui. Puis, le soir, il rêvait de lui, d'un possible eux. Mais le temps passait et Louis doutait de plus en plus. Il n'osait jamais faire le premier, jamais lui parler de cette rumeur qu'il avait entendu. Il lui semblait qu'il n'aurait jamais ce qu'il désirait le plus. Et ça lui faisait mal au myocarde. Il en écrivait des pages, et des pages.
Mais aujourd'hui, Louis se sentait revitalisé. Ma mère n'achète pas trop de "cochonnerie", donc tu peux faire des réserves. Attends, il me reste cinq dollars de ce midi je crois. Son coeur n'arrêtait pas de faire des bonds dans sa poitrine quand ils se dirigèrent vers l'épicerie du coin. La maison n'était d'ailleurs pas très loin. Il ne put s'empêcher de pouffer de rire lorsque Dom passa à la caisse. Et il en profita pour le regarder interagir avec la caissière, mais à part un sourire et un merci, bon courage, Lou ne vit pas grand chose, à part ses yeux le scruter à nouveau. Ils étaient si beaux ses yeux. Louis flancha directement et hésita avant de répondre, intimidé. Finalement, il baissa son regard sur le sol avec un rire un peu gêné. On se connaît depuis la rentrée et j'habite juste à côté du lycée, je comprends même pas pourquoi je ne t'ai pas invité plus tôt. Sa mère allait d'ailleurs se faire un plaisir de le redire. Il la connaissait par coeur. Elle était horriblement attentionné envers ses hôtes pour qu'elle ne dise rien et n'accuse Louis d'un peu d'impolitesse. Il ne lui en voulait pas et il avait pris l'habitude. Et puis, Louis avait toujours vu ça comme de la taquinerie de sa part, comme si elle essayait de le maquer avec tous les amis qu'il trainait à la maison. Avant même qu'ils ne s'en rendent compte, ils arrivaient déjà à destination. Louis ralentit le pas devant le palier d'une maison urbaine, puis sortit les clé d'une poche de son sac. Il ouvrit la porte et entra rapidement. Une vague d'air chaud les enveloppa et le blond poussa un petit soupir d'aise. Ah, c'est mieux quand même. Il plissa du nez tout en enlevant ses chaussures et son manteau. Une musique résonnait doucement dans l'appartement. Louis crut reconnaître un hit de cette année, mais il n'était pas sûr. Sa mère devait être dans la cuisine, à l'écouter tout en préparant le diner pour son père. Il n'osa pas crier comme il l'aurait fait quand il était tout seul. La présence de Dom à ses côtés changeait tout. Viens, on va lui faire un petit coucou quand même. Louis fit signe au brun de le suivre. Sur le chemin, il pointa du doigt un escalier qui montait. Ma chambre est là-haut. J'ai l'étage rien qu'à moi, cool hein? Ça, il n'était pas prêt à être emmerder par sa mère et son père. Ces derniers lui laissaient un espace vital qu'il chérissait beaucoup et qu'ils lui avaient facilement cédé pour la simple et bonne raison qu'ils lui faisaient confiance. Louis était doué. Louis était responsable. Bref, Louis n'avait pas besoin d'être surveillé.
Les deux adolescents arrivèrent enfin à la cuisine où une femme d'une quarantaine d'année, assez fine, mais édulcorée, se dandinait au son de la musique. Louis lança un coup d'oeil amusé à Dom avant de la déranger dans son occupation. Maman, coucou, j'suis rentré. Et y'a Dom qui va rester un peu à la maison. Ms Shepherd se retourna vers son fils en hochant machinalement la tête, mais s'arrêta lorsqu'elle vit l'ami en question. Elle fit alors un grand sourire. On aurait dit que tout le bonheur du monde en émanait. Dom? Oh, enchantée. C'est un plaisir, j'ai beaucoup entendu parlé de toi. Elle s'avança, non pas pour lui serrer la main, mais pour lui faire la bise. Louis aurait pu prédire tout ce qu'il se passait. Dîtes-moi, vous avez soif? Vous avez faim? Louis essaya discrètement de cacher le sac rempli de chips et compagnie. Arf, j'arrête de vous embêter. Allez, montez vite là-haut. Et elle leur lança un clin d'oeil qui eut le chic de rougir les joues de Louis. Qu'est-ce que Dom pouvait bien en penser? Il lui avait beaucoup parlé du brun et elle faisait sa petite comédie que maintenant? Quand Dom était avec lui? Mon Dieu... le blond fit une moue puis s'empressa de sortir de la cuisine et monter l'escalier qui le mènerait vers ses terres de solitude et de tranquillité. Arrivé tout en haut, il se retourna vers Dom, un peu gêné, et haussa des épaules. Et voilà, bienvenue dans mon antre. Il ne savait pas quoi dire de plus sinon de faire comme chez lui. Et pour ne pas mettre Dom mal à l'aise, il se fourra sur un pouf et surveilla la réaction du brun envers la déco. Louis s'arrêta sur un pan de mur qui leur faisait face. Il y avait des cartes postales placardées un peu partout. Des peintures, des scènes mythologiques, des photographies de villes se laissaient observer. Et puis, il y avait des posters de vieux films des années 30 ou 40. La plupart avec Audrey Hepburn ou Clarke Gable dessus. Tout ce qu'il aimait.

(...)

Ça avait pété dans tous les sens. Il était revenu il y a plusieurs jours et les premières heures en contact avec sa famille avaient été les plus horribles de toute sa vie. Antony, son grand frère, était devenu une brute et n'avait pas pu garder sa langue dans sa poche ne serait-ce une heure le temps que Louis se refasse à l'ambiance familiale qui régnait. Evidemment, il l'avait traité comme il le devait, c'est-à-dire comme un petit frère qui n'a pas donné de nouvelles depuis sept ans alors qu'il filait la vie parfaites à Paris. Antony lui avait reproché tout cela, lui avait aussi reproché ses cartes postales pourris qu'il leur avait envoyé aux anniversaires, etc. Lou avait eu envie de dire quelque chose, mais sa gorge serrée l'avait empêché de dire quoique ce soit, de se défendre, de parler de ces cartes dont les illustrations avaient plus de sens sentimental que les mots eux-même. Il aurait voulu, mais il était finalement parti de la réunion, subrepticement. Une fois de plus, il les avait abandonné, parce qu'il n'avait pas les mots pour s'excuser, ni même l'envie de s'expliquer. Il avait plus important à régler, comme sa maladie de la page blanche. Un écrivain qui ne sait plus écrire n'est plus un écrivain. Lou devait trouver une solution rapidement, trouver des éléments de son passé qui l'inspireront. Le premier truc, la première personne plus précisément, qui lui était venue à l'esprit était Dom. Son Dom Coleman. D'ailleurs, sa mère, pipelette comme elle est, ne s'était pas retenue plus longtemps de parler de lui à son fils. Elle savait à quel point ils s'étaient aimé tous les deux, et rien que de parler de Lou et de Dom la renversait dans des souvenirs doux du passé. Tu sais, il s'occupe d'un club maintenant ton Dom. Son Dom. Sa famille aimait bien l'appeler ainsi et Lou n'avait pu s'empêcher de sourire. Le brun lui manquait, irrésistiblement. Il avait besoin de lui aussi. Il n'avait que trop senti ce vide dans son coeur toutes ses années passées de l'autre côté de l'océan. Alors, il avait arraché les vers du nez de sa mère et demandé où se situait ce club. Et plusieurs minutes après, l'engueulade avec Antony recommençait et Lou les quittait à nouveau, les épaules lourdes. Il était trop fier pour admettre ses fautes, pour s'excuser. Il préférait broder autour, clamer qu'il voulait revoir son ancienne chambre, etc. Et les autres le prenait pour un mal.

Lou se tenait devant le bâtiment. C'était un club, certes, mais on y faisait plus de cabarets que de soirées électro. Il pouvait le voir, sur les affiches, toutes colorées et édulcorées. Ça lui fit drôle de s'imaginer Dom travailler dans un lieu comme celui-ci. L'ancien sportif s'était complètement détourné de son enjeux principal au lycée. Au lieu de devenir un professionnel du hockey sur glace, il était propriétaire d'un cabaret à gogo. Lou resta sur place, dans le vent glacé, le temps de se faire à l'idée. Oui, Dom aurait changé et il s'apprêtait à le regarder à nouveau dans les moindres détails, remarquer ce qui n'était plus et ce qui lui avait collé à la peau depuis sept ans. Il tremblait et frissonnait un peu Louis à l'idée de le revoir. Il était stressé, il ne pouvait pas avouer le contraire. Mais il était curieux aussi, et son coeur qui pompait à une vitesse folle son sang pourpre témoignait de son impatience et de son excitation à l'idée de revoir Dom. Dom, Dom, Dom. Son esprit chavira un instant en se rappelant des souvenirs croustillant. Ils n'avaient fait qu'un à l'époque et Lou était décidé à récupérer tout ce qu'il avait laissé derrière en partant à Paris. Le jeune homme inspira profondément et expira doucement tout en se dirigeant vers la porte d'entrée. Premier contact, il demanda où se trouvait Dom Coleman. Le fait de connaître son nom lui donna un point d'avance, car la femme à la billetterie lui indiqua du doigt une porte rouge. Il est là-bas. Louis hocha de la tête pour la remercier et traversa la porte qu'elle lui avait gentiment montré. Un couloir réchauffé l’accueillit et il décida d'avancer jusqu'à ce qu'il tombe sur quelqu'un, jusqu'à ce qu'il trouve un indice le menant à son brun. Il regarda les pièces une à une et dans l'une d'entre elle, il s'arrêta définitivement. Lou pouvait le dire, elle appartenait à Dom. Les affiches punaisées et les bibelots entreposés criaient le nom de son ancien meilleur ami. C'était ici qu'il allait attendre jusqu'à ce qu'il voit sa silhouette dans l’embrasure de la porte. Comme il faisait assez chaud par rapport à dehors, Louis enleva son manteau et le garda sous le bras pendant qu'il contemplait les objets qu'accumulaient Dom dans cette salle. Il y avait une photographie, notamment, d'un groupe de personnes tenant une grande banderole avec écrit dessus "Droits LGBT sportifs". Lou sourit. Dom n'avait finalement pas renoué avec ses antécédents sportifs. Il semblait retrouver une partie de lui à ses côtés.
C'est alors que Louis entendit des voix qui s'approchaient dangereusement. Il se retourna et se redressa le plus rapidement possible, alerté par les sons graves. Et puis, il le vit et leurs regards se croisèrent dans un ultime instant. Une décharge électrique raidit Lou. Il se sentit soudainement si faible, si peureux, mais il n'était plus temps de reculer. Dom était là et Dom l'avait vu. Il s'était arrêté lui aussi et lorsqu'il entra dans SA salle, Louis fit une moue ne sachant pas vraiment quoi dire, quoi faire. Pourtant, il s'était imaginé cette scène plus d'une centaine de fois. Il savait quoi dire, mais les sentiments qu'il ressentait maintenant étaient toutes autres choses. Il finit par hausser des épaules, comme pour signaler sa présence. Voilà, j'suis là. Mais ça ne suffirait pas, alors il balbutia un salut Dom calme, presque mielleux. L'instant d'après, Louis se perdit dans ses contemplations. Il était toujours aussi beau Dom. Il faisait toujours chavirer son corps et son coeur. Je suis revenu et ma mère m'a parlé de toi et du cabaret. Je me suis dis que je passerai alors te voir. Un silence. Louis avait besoin de parler, de remplir le vide qui apparaissait devant eux et leur ferait bientôt barrière. Mais je te dérange peut-être. Je peux revenir une autre fois. Lou préférait faire comme si rien ne les avait séparé pendant toutes ces années, comme s'il lui avait écrit par SMS ou appeler par Skype. C'était sa façon de vouloir réparer les choses, oublier et repartir à zéro.




pseudo, prénom - berlioz. âge, pays - 23 yo, france. avis sur le forum - un forum en Irlande, c'est ma vie. je le trouve parfait jusqu'à présent.  I love you  type de personnage - inventé.avatar - jon kortajarena. dédicace & autre - louis est revenu il y a un mois après avoir déserté cinq ans sa famille, ses amis et son âme-soeur.
il est parti au canada se faire un nom dans le monde de la littérature. il revient aujourd'hui parce qu'après deux grandes oeuvres, il n'arrive pas à écrire une troisième.
il a la maladie de la page blanche.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sybil Callahan

avatar

since : 28/05/2017
words : 121
pseudo : Martins.

- HOME SWEET HOME
DISPONIBILITY:
-- SHAPE OF YOU:

MessageSujet: Re: BLANK PAGE (L)   Mar 30 Mai - 7:59

Ce pseudo, ce personnage vend du rêve I love you Puis merci pour tout ces compliments J'ai hâte de voir la relation Dom/Louis en rp I love you
Bienvenuuuuue et si tu as une question, je suis là :cara:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis Shepherd

avatar

since : 30/05/2017
words : 41
pseudo : b.

MessageSujet: Re: BLANK PAGE (L)   Mar 30 Mai - 8:03

tonkin.
j'aimerai bien la jouer un jour.
merci beaucoup, et on fera de notre mieux. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Finn Redmond

avatar

since : 05/05/2017
words : 183
pseudo : spf

- HOME SWEET HOME
DISPONIBILITY:
-- SHAPE OF YOU:

MessageSujet: Re: BLANK PAGE (L)   Mar 30 Mai - 8:04

le personnage promet
bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rowan Maclean

avatar

since : 09/05/2017
words : 101
pseudo : maderose

- HOME SWEET HOME
DISPONIBILITY: 3/3 rps dispos
-- SHAPE OF YOU:

MessageSujet: Re: BLANK PAGE (L)   Mar 30 Mai - 8:09

la bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azra Cohen

avatar

since : 29/05/2017
words : 34
pseudo : pouet

- HOME SWEET HOME
DISPONIBILITY: 3/3
-- SHAPE OF YOU:

MessageSujet: Re: BLANK PAGE (L)   Mar 30 Mai - 8:23

Ce personnage promet, et pareille, j'ai hâte de voir la relation dom/louis
Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thaddeus Graham

avatar

since : 06/05/2017
words : 429
pseudo : nocturnal animal.

MessageSujet: Re: BLANK PAGE (L)   Mar 30 Mai - 12:27

Bienvenue à toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callum Reid

avatar

since : 05/05/2017
words : 172
pseudo : perséides, mary.

MessageSujet: Re: BLANK PAGE (L)   Mar 30 Mai - 15:11

bienvenue ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BLANK PAGE (L)   Mar 30 Mai - 17:05

Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Dom Coleman

avatar

since : 29/05/2017
words : 14
pseudo : emma

- HOME SWEET HOME
DISPONIBILITY: disponible
-- SHAPE OF YOU:

MessageSujet: Re: BLANK PAGE (L)   Mar 30 Mai - 18:55

LE PLUS BEAAAAAUUUUUUU
J'ai hâte qu'on puisse reprendre notre petite histoire avec ces deux là
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis Shepherd

avatar

since : 30/05/2017
words : 41
pseudo : b.

MessageSujet: Re: BLANK PAGE (L)   Mar 30 Mai - 19:50

Merci à tous, vous êtes des amours. I love you
Je finis dès que je peux ma fiche et je vous rejoins!

Dom, moi aussi je suis contente, trop de jours sans eux, c'est dur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noreen Coyle

avatar

since : 06/05/2017
words : 89
pseudo : spf, sarah

- HOME SWEET HOME
DISPONIBILITY: (3/4) finn
-- SHAPE OF YOU:

MessageSujet: Re: BLANK PAGE (L)   Mer 31 Mai - 12:48

ce que tu as déjà écrit
bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis Shepherd

avatar

since : 30/05/2017
words : 41
pseudo : b.

MessageSujet: Re: BLANK PAGE (L)   Mer 31 Mai - 18:32

Merci I love you
J'espère que le reste plaira tout autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dom Coleman

avatar

since : 29/05/2017
words : 14
pseudo : emma

- HOME SWEET HOME
DISPONIBILITY: disponible
-- SHAPE OF YOU:

MessageSujet: Re: BLANK PAGE (L)   Mer 31 Mai - 21:31

Je plussoie, ils me manquent trop ces deux là
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ailìs Fraser

avatar

since : 04/05/2017
words : 307
pseudo : Blandine.

- HOME SWEET HOME
DISPONIBILITY: open.
-- SHAPE OF YOU:

MessageSujet: Re: BLANK PAGE (L)   Jeu 1 Juin - 7:33

bienvenuuue par ici I love you

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Keough

avatar

since : 23/03/2017
words : 595
pseudo : Martins, blue comet

- HOME SWEET HOME
DISPONIBILITY: {3/5} fr, fr/anglais
-- SHAPE OF YOU:

MessageSujet: Re: BLANK PAGE (L)   Ven 2 Juin - 12:48

J'adore Lou Bon jeu parmi nous I love you

_________________
war of heart
Hold on, I still want you, Come back, I still need you, Let me take your hand, I'll make it right. I swear to love you all my life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oursweetirelande.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BLANK PAGE (L)   

Revenir en haut Aller en bas
 
BLANK PAGE (L)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [QUESTION] page Internet about blank ?
» Avis à celles qui ont la cuttlebug!!! MAJ page 4 le 12-03
» Tuto n°4 bis : faire une page de digiscrap
» [RESOLU] Forcer "My location" à une position (pour météo en page d'accueil)
» Flux mms:// de BluewinTV visionage de TV sur une page HTML

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: II = SECOND STEP. :: when we were young :: safe and sound-
Sauter vers: